Chez Mike

20180313_192630Chez Mike, c’est un petit resto sympa à Lyon, proche de la gare Perache. Ouvert depuis moins d’un an, sa spécialité c’est le poulet. Tout est fait maison, le poulet est pané de différentes façons (le mien avec des flocons d’avoine, super bon). Des produits de qualité pour un prix abordable (plats de 9 à 12 euros). Service hyper sympa.

Je vais probablement y retourner cette semaine 😁 Allez-y si vous passez à Lyon!

20180314_065115.jpg

 

Publicités

Les Madeleines Jeanette

20180304_141102

Depuis le redémarrage de l’usine Jeanette en 2015, je suis tombée amoureuse de leur nouveau produit. Des madeleines riches en goûts,  innovantes, avec des ingrédients locaux, oeufs normands et beurre d’Isigny. Un régal. De plus, le nouveau packaging n’a rien a envier aux plus grandes marques, Jeanette a mis le paquet pour donner un coup de fouet à son image et péréniser son activité.  Le week end dernier, c’était un grand évènement chez Jeanette : l’ouverture au public de sa nouvelle usine, toute neuve, dans la zone Normandial de Colombelles. Depuis la boutique, de grandes baies vitrées permettent de voir le nouveau four, aux couleurs du drapeau Normand. 20180304_142420

Beaucoup, beaucoup de monde sur ces deux jours, et si vous arriviez assez tôt il était possible d’avoir une visite guidée directement en zone de production, à partir du moment où les madeleines sont cuites.

20180304_141658

De jolies madeleines bien alignées en rond d’oignon 🙂

20180304_142120

J’en ai profité pour tester de nouveaux parfums : coeur de chocolat, et le nouveau colis « soleil levant » . Aujourd’hui c’était difficile de choisir entre toutes ces nouveautés. J’ai trouvé Combava particulièrement réussi. Vivement demain pour une autre découverte !

20180307_180201

Et vous, les avez vous goûter ?

Farandole de desserts

Décembre, janvier, février… 3 mois bien froids pendant lesquels les jours sont plus courts et où on met beaucoup moins le nez dehors ici. Et du coup on reste au chaud et on trouve plein d’occasions pour pâtisser. Le mois dernier c’était l’anniversaire de mon chéri. Il a passé deux jours en cuisine pour le plaisir des yeux et des papilles 🙂

20180127_210011

Qu’est-ce que c’est que tout ça ?

Alors déjà il y a des tartes au citron. Une base en dacquoise noisette, avec du lemon curd, une super confiture de citron anglaise.

20180127_210057

Ensuite, en référence à Doctor Who, (si vous connaissez pas cette série allez vite combler vos lacunes en la matière sur internet) il a préparé des poissons panés à tremper dans de la crème anglaise. Bon c’est un trompe l’oeil j’admet, ce sont des blancs-mangers au lait d’amande entourés de panure au sablé breton.

20180127_110925

Après il a créé des dômes de Hoth (vive Star Wars) . Ce sont des coques en meringues, sur un socle de crème anglaise gélifiée, avec un insert ganache chocolat.

20180127_102445

Et enfin le clou du spectacle : des minis « royal  » : base daquoise, mousse au chocolat, croustillant cacao. Une tuerie.

20180127_155529

Faites de beaux rêves sucrés 😉

C’est la Chandeleur !

Hier c’était la Chandeleur. Une bonne raison pour me remettre aux fourneaux. Vous avez fait des crêpes ? Ici j’ai fait des pancakes, ça reste dans le même thème (et qu’est ce que c’est bon !). J’adore le bruit que fait le pancake quand on le retourne dans la pöelle. J’ai fait la pâte la veille, quelques pancakes cuit aussitôt pour le dessert et hop au frigo le saladier jusqu’à ce matin. Comme ça, pendant que Mr dormait, j’ai pu préparer des pancakes tout chaud pour le petit dej. Terrible !

20180203_100017

On m’a demandé la recette alors la voilà :

Ingrédients pour 15 pancakes :

  • 4 oeufs
  • 30 cl de lait
  • 300 g de farine
  • 2 cuillères à café de levure chimique
  • 4 cuillère à soupe de sucre
  • 2 pincées de sel
  • garniture : sirop d’érable, miel, confiture…

Séparer les blancs des jaunes. A l’aide d’un batteur, battre les blancs en neige ferme.

Dans un autre saladier, mélanger les jaunes avec le lait et le sucre. Ajouter la farine en petite pluie, la levure et le sel, et mélanger jusqu’à obtention d’une pâte sans grumeau. Incorporer les blancs délicatement jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Laisser reposer au min 1/2 heure.

Chauffer une petite poêle anti-adhésive à feu vif.

(Vous pouvez la graisser avec un peu de beurre ou d’huile et du sopalin. Ici j’ai essayé pour le premier pancake et c’était la cata,  j’ai surtout réussi à déclencher l’alarme incendie de l’appart ;D . Finalement ma poêle est parfaite sans graisse ajoutée !)

Déposer une petite louche de pâte dans la poêle. Dès qu’une multitude de petites bulles apparaissent à la surface, (ici 35 secondes, c’est précis !) retourner le pancake. Laisser cuire 20 secondes sur la deuxième face. Déposer les pancakes au fur et à mesure sur une assiette et couvrir pour qu’ils restent chaud.

Bon petit déj !

20180202_201729

 

Chez Pascade

Aujourd’hui j’étais à Paris. Mes projets ayant changé à la dernière minute, je me suis fais plaisir en allant retrouver une adresse que ma soeur m’ avait fait découvrir. Ça s’appelle chez Pascade. Idéal si vous sortez du train gare St Lazare, c’est à 10 min à pied. Déjà je vous présente la carte : 20180120_131331.jpg

Mais qu’est ce qu’une Pascade allez vous me demander ? Et bien c’est assez difficile à vous expliquer. C’est à la fois léger et croustillant. C’est très différent de tout ce que je connais. Le plus simple c’est que je vous fasse une photo de la boeuf piemontaise 😄 :

20180120_125601

Après le plat je n’avais plus vraiment faim. Mais bon je me suis laissée tentée quand même par la pascade doublement chocolat… attention le chocolat est coulant à l’intérieur, et tellement bon ! J’ai trop mangé, mais je ne regrette absolument pas 😁.

20180120_132805

Allez-y les yeux fermés 😉

Petites meringues

Ce qui est embêtant avec certaines recettes, c’est qu’il faut juste les jaunes des oeufs (pas besoin des blancs). Mais qu’est ce que je fais moi avec les blancs qui me restent sur les bras ? Je ne vais quand même pas les jeter ! #antigaspi #sauvons-la-planète

Du coup j’ai essayé de faire des meringues. Et bah c’était une super idée ! (la fille qui se lance des fleurs toute seule… n’importe quoi XD ) .

Donc voili voilou, je vous explique comment on fait.

Il vous faut :

  • 4 blancs d’œufs qui sortent du frigo
  • 300 g de sucre (moi j’ai mis de la cassonade, c’est meilleur pour la santé)

Préchauffer le four à 120°C. A l’aide d’un batteur, monter les blancs en neige. Quand ils sont bien fermes, incorporer le sucre petit à petit tout en continuant de battre.

Sur une plaque, déposer une feuille de papier sulfurisé. Avec deux cuillères à soupe, former des petits tas. Les espacer un petit peu (pas besoin de trop d’espace, les meringues ne vont pas gonfler, pas de surprise comme avec les cookies !) Enfourner 20 min à 120°C, puis 1h à 100°C.

Régalez vous !

20180107_185143

Nouvel an-Tour du Monde

Nous avons passé le nouvel an chez des amis. Quand un cuisinier se met aux fourneaux avec un pâtissier, ça donne ça :

En entrée :

  • Saint Jacques et fondue de poireaux (Bretagne)
  • Fefla, c’est comme une ratatouille froide mais en meilleure (Maroc)
  • Pirojki : une tartiflette dans un chausson (Russie)

20171231_204340

Entrée suite (ils ont mis les petits plats dans les grands)

  • Ceviche, délicieux poisson cuit dans du citron (Perou)
  • Sushis au saumon et aux crevettes (Japon)
  • Makis au foie gras ❤ incroyable comme c’est bon ! (Je sais pas d’où leur est venue cette idée lol)

 

20171231_204350

En plat chaud, de gauche à droite :

  • Goulash (Hongrie)
  • Jambalaya (Nouvelle Orléans)
  • Rougail (Réunion)
  • Chili con carne (Mexique)

20171231_231302.jpg

Farandole de dessert :

  • Tiramisu spéculoos
  • Flan coco
  • Nid de Pâques
  • Tarte orange chocolat au lait
  • Harmonie : dessert imaginé par notre pâtissier en chef , une sorte de panacotta qui cache un cœur au chocolat

20180101_011631

Tout était en petite proportion, ce qui a permit de profiter de tout au lieu de caler entre les plats. Une excellente idée. Un grand merci au cuisinier et au pâtissier pour ce repas de fin d’année ! C’était trop trop bon 😀

 

 

 

Repas de Noël

Petite rétrospective des fêtes, pendant que je suis encore en vacances. Ici, Noël, c’est un jour travaillé pour mon chéri. Alors on s’arrange en fonction du planning. Cette année du coup on a cuisiné pour le réveillon. Cuisiner pour Noël, ça commence par aller chercher ses produits aux quatre coins du département. On a donc commencé avec un foie gras de canard du Gaec de Livet dans le pays d’Auge. Excellent. Allez-y les yeux fermés.

20171224_183115

Ensuite, un carpaccio de Saint Jacques, citron, huile d’olive, amandes et baies roses. Le truc, c’est de congeler les Saint Jacques 30 min pour pouvoir facilement les trancher. Dresser les assiettes et laisser mariner au réfrigérateur. Frais, subtil, un vrai délice.

20171224_200336

Le plat de résistance : j’ai choisi une pintade, parce qu’il ne faut pas oublier qu’on est que deux. Il ne s’agirait pas d’acheter fièrement une dinde et après de devoir en manger pendant 8 jours 😉 . Cuisson pour une pintade de 2.2 kg : 30 min à 190°C puis 30 min à 160°C. Mon chéri l’a trouvé « exceptionnelle » (#trop fière de moi). Je l’ai accompagnée de farce (of course !) et de poires arrosées de beurre salé, miel et jus d’orange.

20171224_190843

Et enfin, le clou du spectacle, LA Bûche avec un grand B. A la demande générale, la recette complète dans un  article à suivre bientôt. Elle est hyper légère, on s’est régalé.

20171224_214544.jpg

La suite très vite !

 

 

Bûche de Noël

C’est bientôt les fêtes. Ici on est en plein essai, on cherche LA recette, on s’entraîne et on goûte. Mon chéri a voulu réaliser une bûche au chocolat. Mais pas une version toute simple, une version améliorée qu’il a créer en combinant différentes préparations. C’est hyper léger. A préparer sur 2 ou 3 jours, car il y a des temps de prises au froid. Sans plus attendre, voilà comment ça se passe :

Il vous faut :

-Pour l’insert :

  • 4 oeufs
  • 60 g de sucre roux
  • 150 g de chocolat noir
  • 10 cl de crème liquide
  • 2 feuilles de gélatine

-Pour la génoise

  • 2 oeufs
  • 65 g de sucre
  • 65 g de farine
  • 5 cl de lait
  • 1/2 sachet de levure chimique

-Pour le bavarois :

  • 2 tablettes de chocolat au lait
  • 20 cl de crème fleurette à 20% de matière grasse
  • 40 cl de crème fleurette à 30% de matière grasse
  • 1 cuillère à soupe de mascarpone
  • 6 feuilles de gélatine
  • 100 g de sucre roux

-Pour le glaçage miroir

  • 75 g d’eau
  • 150 g de sucre roux
  • 150 g de glucose
  • 150 g de chocolat noir
  • 100 g de lait concentré sucré
  • 5 feuilles de gélatine

Pour la décoration :

  • une tablette de chocolat blanc
  • une tablette de chocolat noir

Voilà le résultat final :

20171214_165833

Et  voilà la recette pour réaliser ce chef d’oeuvre !

J-1 ou J-2 Préparer l’insert : 

Faire fondre le chocolat à la casserole. Pendant ce temps mettre à tremper la gélatine dans de l’eau froide pour la ramollir. Faire chauffer la crème liquide dans une petite casserole et rajouter la gélatine fondue. Rajouter ce mélange au chocolat fondu.

Séparer les blancs des jaunes d’œufs. Mélanger le sucre et les jaunes et faire blanchir ce mélange. Réserver. Monter les blancs en neige avec une pincée de sel. Réserver.

Mélanger la préparation de chocolat fondue dans les jaunes d’œufs. Incorporer doucement les blancs en neige. Mettre cette mousse dans le moule a insert et laisser au congélateur 3 h minimum pour que la mousse prenne (ici il l’a laissé une nuit). Si il vous reste de la mousse, mettre dans un bol au frigo. Ça fait un bon dessert à lui tout seul ;D

 J-1 Pour la génoise :

Préchauffer le four à 180°C. Séparer les blancs des jaunes d’œufs. Mélanger le sucre et les jaunes et faire blanchir ce mélange. Réserver. Monter les blancs en neige avec une pincée de sel. Réserver. Ajouter aux jaunes la farine, la levure et le lait. Bien mélanger, puis incorporer les blancs en neige à cette préparation. Verser dans une plaque à génoise rectangulaire, le mélange doit faire entre 5 mm et 1 cm d’épaisseur. Mettre au four à 180° pendant 7 min.

J-1 Pour le bavarois :

Dans un saladier, mélanger la crème fleurette à 40% avec le sucre et le mascarpone au batteur, de façon à monter cette crème en chantilly. Réserver. Faire fondre le chocolat au lait à la casserole. Mettre à tremper la gélatine dans de l’eau froide pour la ramollir. Faire chauffer la crème liquide à 20% dans une petite casserole et rajouter la gélatine ramolli. Rajouter ce mélange au chocolat au lait fondu. Incorporer cette crème au chocolat au lait dans la chantilly.

Assemblage : 

Poser le moule de la bûche sur la génoise. Découper la génoise à la taille du moule. Remplir le moule au 1/3 de bavarois au chocolat au lait. Sortir l’insert du congélateur. Démouler l’insert et le placer délicatement dans le moule. Recouvrir de bavarois au chocolat au lait. Laisser 5 mm à 1 cm vide sur le haut du moule et placer la génoise découpée. Mettre  le moule au congélateur pendant une nuit. Si il y a des restes de génoises et de mousse au chocolat au lait, improvisez, vous trouverez bien une idée pour faire des desserts supplémentaires. Sinon appelez moi je viendrais vous aider à manger les restes. 😀

Jour J : Pour le glaçage miroir :

Faire toutes les pesées avant de commencer. Mettre dans une casserole 150 g de sucre. Ajouter le glucose. Ajouter 75 g d’eau.

Mettre les carrés de chocolat noir dans un verre doseur. Réhydrater la gélatine dans un bol d’eau. Mettre le lait concentré sucré dans une casserole.

Mettre le mélange au glucose sur le feu. La température ne doit pas dépasser 103°C. A 103°C, retirer du feu et verser sur le lait sucré. Ajouter la gélatine essorée. Bien mélanger et verser sur les morceaux de chocolat. Mélanger à la spatule dans le verre doseur. Utiliser un mixeur plongeant pour homogénéiser. IMPORTANT : garder le pied du mixeur bien immerger pour ne pas incorporer de bulles d’air. Mixer 4 à 5 min, c’est le mixage qui donne la bonne texture au glaçage (sans bulles et très brillant). Laisser refroidir jusqu’à 37°C.

Sortir le moule du congélateur. Le démouler et poser la bûche sur une grille, avec un plat en dessous. Verser le glaçage miroir sur la bûche.

Pour la décoration :

Râper une tablette de chocolat blanc et une de chocolat noir pour faire des copeaux de chocolat. Saupoudrer la bûche. Mettre au réfrigérateur en attendant les invités.

20171214_214401

Vous avez eu le courage de tout lire ? Alors n’hésitez pas à mettre un commentaire !

Faîtes de beaux rêves chocolatés 🙂

Spritz

Les spritz, j’en mangeais déjà toute petite, mais de mémoire on ne les appelait pas comme ça à la maison. Je ne me souviens plus du nom, seulement que c’était drôlement bon. Et bah j’ai découvert que fait maison, c’est encore meilleur. Quelle surprise.

20171205_200653

La recette vient d’un petit bouquin « 1001 recettes Gateaux et délices » publié chez Solar.

  •  100 g de beurre ramolli
  • 50 g de sucre glace
  • 1 oeuf
  • 150 g de farine
  •  1 cuillère à café de vanille liquide
  • 150 g de chocolat noir ou au lait

Préchauffer le four à 180°C. Dans un saladier, mélanger le beurre et le sucre au fouet jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux. Incorporer l’œuf, la farine et la vanille. Bien mélanger.

Petit point technique pour ceux (comme moi) qui n’ont jamais utilisé une poche à douille : mettre l’embout dans une poche à douille ou un sac congélation, faire glisser l’embout dans un coin, et couper l’extrémité du sac, de façon à ce que l’embout plastique sorte du sac. Ça vous évitera une ou deux surprises ;D.

Remplir la poche avec la préparation. Poser une feuille de papier sulfurisé sur une plaque. Former des spritz en variant les formes, moi j’ai testé différentes techniques pour voir le rendu. Amusez vous !

Enfourner 10 à 15 min.

A la sortie du four, laisser les spritz refroidir. Préparer la sauce au chocolat : faire fondre dans un bol au micro onde. Tremper les spritz dans le bol et laisser les sécher sur une grille. Ici tous les spritz au chocolat on été mangés avant que je puisse les prendre en photo (oups…).

Enjoy !

20171205_200837